Dermatologie & Vénéréologie

La dermatologie est la spécialité médicale qui s’occupe de la prévention, du diagnostic et du traitement des maladies de la peau et de ses annexes (poils et cheveux, ongles, glandes sudoripares et sébacées).

Une discipline étroitement liée aux autres spécialités médicales

Bien qu’il s’agisse d’une discipline ayant des limites bien définies, la dermatologie est étroitement liée aux autres spécialités médicales. Une lésion cutanée peut être l’indice d’un problème systémique plus grave, qui intéresse donc divers tissus et organes internes. Plusieurs manifestations cutanées représentent le premier signe de maladies de nature auto-immune ou rhumatologique, potentiellement très graves car elles frappent les organes internes et/ou l’appareil ostéomusculaire. L’exemple le plus connu est celui du psoriasis cutané qui s’associe - dans 20% des cas - à l’arthrite. Il importe donc de ne jamais sous-évaluer une quelconque lésion cutanée, quelle soit grande ou petite. Et il est toujours nécessaire d’établir un diagnostic correct.

Dans d’autres cas, les troubles dermatologiques peuvent avoir diverses origines :

  • Infectieuse : verrues, infections virales de herpes zoster, etc. ;
  • Inflammatoire : acné, psoriasis, rosacée, dermatite séborrhéique ou atopique, etc. ;
  • Allergique : urticaire, eczéma, etc. ;
  • Immunitaire : vitiligo, lupus, divers types de sclérodermie, etc.

De nombreuses corrélations entre certaines pathologies de la peau et des cheveux (acné, alopécie, dermatites, etc.) et des aspects émotionnels et/ou conditions de stress ont également été constatées (psychodermatologie). Pour cette raison, la formation d’un dermatologue prévoit une préparation multidisciplinaire solide qui comprend l’immunologie, la neurologie, l’infectiologie, l’endocrinologie, la rhumatologie, l’angiologie et la phlébologie.


Enfin, la dermatologie oncologique revêt une grande importance ; elle a pour but de :

  • Prévenir et soigner les pathologies tumorales de la peau (mélanomes, épithéliums) ;
  • Surveiller les grains de beauté et les lésions précancéreuses (c.-à-d. lésions cutanées, comme les kératoses actiniques, qui peuvent être précurseurs du cancer de la peau).

L’importance d’établir un diagnostic précis

La visite dermatologique est le passage initial et essentiel pour le diagnostic des maladies de la peau, qui est l’organe le plus étendu du corps humain. Toute la surface de la peau étant visible, les médecins spécialistes en dermatologie ont l’avantage de pouvoir effectuer un examen visuel direct qui peut être complété par diverses autres vérifications instrumentales (examens du sang, biopsies, tests allergiques, etc.).
En outre, il est essentiel d’effectuer une anamnèse personnelle et familiale détaillée afin d’évaluer pleinement les caractéristiques des pathologies cutanées. Enfin, le but ultime du service de dermatologie est de choisir le traitement des maladies le plus efficace possible et le mieux indiqué pour une prise en charge optimale du patient.

Les traitements possibles

En fonction de la situation clinique du patient et de ses exigences spécifiques, le dermatologue pourra prescrire des traitements médicaux, pharmacologiques, chirurgicaux ou esthétiques. Parmi les exemples des principales thérapies utilisées, citons :

  • La méthode PUVA pour le traitement du psoriasis ;
  • La chirurgie laser pour corriger ou améliorer des cicatrices ou des lésions dues à l’acné ou pour atténuer les taches brunes de la peau (dyschromie), ou encore pour éliminer des lésions précancéreuses ;
  • La dermabrasion qui prévoit l’élimination contrôlée des couches les plus superficielles de la peau du visage ou du corps dans le but d’atténuer des inesthétismes tels que les rides, les cicatrices d’origines diverses, les taches cutanées, les vergetures ou même les tatouages ;
  • La sclérothérapie, une procédure médicale utilisée dans le traitement de malformations des vases sanguins telles que les veines variqueuses (ou varices) et les hémorroïdes.

La vénéréologie, spécialité qui s’occupe des maladies sexuellement transmissibles

Historiquement, la vénéréologie est née et s’est affinée en tant que branche de la dermatologie. Elle s’occupe des maladies vénériennes (à transmission sexuelle) qui sont générées par des bactéries, des fongus, des parasites et des virus. Ces maladies se différencient entre elles par leur degré d’infectiosité, de symptomatologie et de gravité. Les infections sexuellement transmissibles des voies génitales par candidose et trichomonas, ou l’hépatite virale et la gonorrhée en sont quelques exemples.