Chirurgie de la colonne vertébrale/du rachis

Les médecins spécialistes de la chirurgie du rachis s’occupent des problèmes de colonne vertébrale, qui peuvent affecter aussi bien les structures osseuses que les voies nerveuses de la moelle épinière.

Expérience

Les chirurgiens du rachis du Swiss Medical Network traitent tout l’éventail des pathologies de la colonne vertébrale.

L’usure ou les rhumatismes provoquent des modifications de la colonne vertébrale. Blessures, tumeurs et inflammations endommagent ses structures. Les chirurgiens du rachis reçoivent aussi des patients porteurs de malformations congénitales ou apparues au cours de leur vie.

Ils traitent les déviations de la colonne vertébrale (scoliose) et les prolapsus des disques intervertébraux (hernies discales). Les fractures osseuses dues à l’ostéoporose entrent également dans leur domaine de spécialité.

Traitement

Tout le monde a mal au dos : 80 % des adultes se plaignent de problèmes de dos au moins une fois dans leur vie. Les contractures musculaires sont la cause la plus fréquente de ces douleurs, mais il y en a bien d’autres.

Le neurochirurgien recherche la cause exacte du problème avant d’instaurer le traitement. Il examine les séquences de mouvements qui déclenchent les douleurs. Il peut aussi utiliser des procédés d’imagerie médicale tels que la tomodensitométrie (« scanner ») ou l’IRM.

Tous les patients n’ont pas besoin de chirurgie. L’équipe multidisciplinaire commence par épuiser toutes les autres possibilités de traitement : physiothérapie, changement des habitudes de vie, infiltrations, etc.

Le médecin emploie des techniques chirurgicales de pointe pour intervenir sur le rachis. Il met en place des prothèses de disque ou raidit la colonne vertébrale. Il a recours à la microchirurgie pour traiter les hernies discales.

Perspectives de succès

Le diagnostic initial est déterminant pour la réussite du traitement. Le chirurgien du rachis choisit soigneusement le traitement de chaque patient.

La chirurgie peut fortement réduire les problèmes, voire les éliminer complètement. L’équipe de chirurgie du rachis entoure le patient pendant tout le traitement, jusqu’à son rétablissement complet.

Quels problèmes de santé conduisent à consulter en chirurgie du rachis ?

Il s’agit le plus souvent de douleurs dans le bas du dos (lombalgies), mais les douleurs persistantes de la nuque (cervicalgies) peuvent aussi nécessiter une consultation en chirurgie du rachis.

Si un disque intervertébral comprime un nerf, les troubles de la sensibilité, la douleur ou la paralysie qui en résultent peuvent se propager dans les bras ou les jambes, selon l’étage de la colonne vertébrale auquel se situe le problème.

La moelle épinière parcourt la colonne vertébrale dans un canal osseux. Il arrive que celui-ci soit rétréci dans le bas du dos (sténose du canal rachidien). Dans ce cas, des douleurs peuvent affecter les membres inférieurs par phases, en disparaissant quand on change de position.

Quand faut-il opérer la colonne vertébrale ?

Les maux de dos sont une affection très fréquente. Des mesures conservatrices sont généralement suffisantes (jusqu’à 90 % des cas) : physiothérapie, modification du comportement (davantage d’activité physique), thérapie de la douleur, etc.

En cas d’aggravation, on voit apparaître des troubles de la sensibilité et des paralysies. Selon le degré de handicap pour le patient, le chirurgien peut choisir d’opérer.

Les perspectives de réussite sont déterminantes dans le choix d’opérer. Le chirurgien du rachis pèse le bénéfice et le risque individuels de chaque patient.

Comment se passe une opération de la colonne vertébrale ?

Le médecin aborde la colonne vertébrale au niveau où se situe le problème. Il passe par un abord antérieur, donc par le ventre, ou par le dos.

L’opération peut être invasive ou minimal-invasive. Dans la méthode invasive, le chirurgien parvient jusqu’à la colonne vertébrale en passant par une longue incision cutanée.

Si l’opération est mini-invasive, il pratique quatre petites incisions à travers lesquels il introduit ses instruments chirurgicaux et une caméra qui lui permet de surveiller ses gestes à l’écran.

Le choix de la méthode est dicté par la pathologie et l’état de santé du patient.

Une opération de la colonne vertébrale comporte-t-elle des risques ?

La colonne vertébrale contient les voies nerveuses de la moelle épinière, qui est une structure très fragile. Le chirurgien du rachis doit opérer avec d’infinies précautions, en s’aidant des nouvelles techniques opératoires.

Comme dans toute opération, il existe un risque d’inflammation et de problèmes de cicatrisation.

Les opérations de chirurgie du rachis se déroulent habituellement sous anesthésie générale. Si le patient a des antécédents médicaux, cette anesthésie peut être risquée.

Le médecin connaît les risques et les perspectives de succès de chaque opération et choisit le traitement qui convient le mieux à chaque patient.

Combien de temps faut-il après une opération du rachis pour que je puisse bouger normalement ?

Les suites opératoires après une chirurgie du rachis dépendent de l’étendue et du site de l’intervention. Les patients restent hospitalisés pendant les premiers jours.

Ils peuvent se lever après un à deux jours, afin que le dos soit rapidement mobilisé et sollicité.

Après leur séjour dans l’unité de chirurgie du rachis, les patients peuvent rentrer directement chez eux ou être transférés dans une clinique de réadaptation. Ils doivent se ménager dans un premier temps. La réadaptation commence quand la cicatrisation de la plaie est terminée, avec pour objectif la récupération totale de la mobilité.